Acheter des noms de domaine anonymement avec Njalla

Depuis quelques jours, un nouveau service d’anonymisation sur Internet fait beaucoup parler de lui. Baptisé Njalla en hommage à une tradition du peuple Sami consistant à construire des huttes sur pilotis pour y conserver ces biens, il permet d’enregistrer un nom de domaine en tout anonymat.

Njalla, la nouvelle création de Peter Sunde

Décidément, Peter Sunde aime renaître tel un phénix dès qu’il en a l’opportunité. Après avoir refait parler de lui avec la sortie de Flattr, le fondateur de Piratebay signe donc un nouveau retour avec Njalla.

Le service proposé par cette entreprise permet à tous ceux qui le désirent d’enregistrer un nom de domaine sans avoir à dévoiler leur identité. Pour réussir pareille prouesse, Njalla se substitue à ses utilisateurs puisque la société enregistre en son nom le nom de domaine tout en leur laissant les droits d’utilisation.

Autant dire donc que pour les bureaux d’enregistrement, c’est la société Njalla qui sera la propriétaire du nom de domaine alors que l’identité de l’utilisateur final n’apparaîtra à aucun endroit.

Ainsi, avec son service, Peter Sunde entend montrer qu’il est possible d’aller plus loin dans l’anonymisation des données rappelant que les outils proposés par les bureaux d’enregistrement sont rapidement contournés sur réquisition judiciaire.

Njalla, un service qui a déjà ses limites

A peine lancé sur le marché, le service d’enregistrement de noms de domaine en tout anonymat Njalla rencontre déjà quelques limites.

En effet, l’AFNIC a rappelé que le titulaire d’un nom de domaine se cachant du registre prend le risque de ne pas être titulaire à ses yeux. Autrement dit, il est considéré qu’il n’a aucun droit, juridiquement parlant, sur le nom de domaine concerné. La confiance entre Njalla et ses utilisateurs devra donc régner pour qu’aucun litige n’apparaisse.

En parallèle, l’AFNIC tient à informer les porteurs de projet web français que Njalla ne peut proposer l’extension .fr étant donné que la société est basée sur l’île de Niévès, dans les Antilles, soit en dehors de l’Union Européenne.

Pour d’autres extensions en revanche, le service est opérant mais les tarifs sont bien plus élevés que chez un registrar classique, sans doute le coût de l’anonymisation.

En attendant, plutôt que de faire appel à un outil qui fait de nombreux sceptiques, rendez-vous auprès d’un bureau d’enregistrement fiable et sérieux proposant plus de 80 extensions pour vos sites web.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *