En 2014: Quelle stratégie à adopter avec le lancement des nouvelles extensions génériques ?

A partir de la fin de cette année, l’ICANN (organisation à but non lucratif chargée de l’administration mondiale du système des noms de domaine) mettra en scène les nouvelles extensions de nom de domaine tellement attendues par les utilisateurs d’internet et en particulier les professionnels.

strategie-entreprises-nom-de-domaine-et-nouvelles-extensions

Inquiètes de devoir enregistrer de manière défensive l’ensemble de leurs marques pour lutter contre le cybersquatting, les entreprises vont devoir se poser la question de la stratégie à adopter pour se protéger sans trop dépenser dans l’achat de noms de domaines avec les nouvelles extensions.
C’est dans ce cadre que les entreprises devront donc prendre les mesures leur permettant de comprendre le nouvel ère du web en 2014 pour pouvoir développer une stratégie qui s’y adapte, sur la base de quelques lignes directives claires tout en anticipant certains facteurs encore plus ou moins flous (prix, critères d’éligibilité, réseaux de distribution, support marketing), en cohérence avec leur stratégie globale.

Pour mener au bien le programme des nouvelles extensions de nom de domaine génériques et géographiques, l’ICANN a mis en place des procédures qu’il faut prendre en compte lors de l’établissement de la stratégie web de la marque afin de permettre à leurs titulaires de contester contre les demandes de nouvelles extensions préalablement à leur attribution à travers quatre types d’opposition:

  • Opposition pour similitude propice à confusion.
  • Opposition pour violation des droits d’autrui.
  • Opposition relevant de l’intérêt public
  • Opposition de la communauté.

Savez-vous déterminer la réputation sur votre nom de domaine ?

Actuellement, les grands hébergeurs d’e-mail comme Gmail, Outlook et Yahoo prennent en charge la veille sur la réputation des plateformes d’envoi d’e-mails par rapport à leur adresse IP . L’évaluation de l’indice de votre réputation se fait principalement en tenant compte de trois critères :

  • Le nombre de courriers signalés par les récepteurs comme tant du Spam;
  • Le nombre d’e-mails évalués grâce à des filtres spécifiques et classés automatiquement comme indésirables;
  • Le nombre d’adresses e-mail erronées ou inexistantes.

Il y on a de nombreux outils gratuits en ligne (comme Dnslookup, Majesticseo ou Senderbase) pour évaluer immédiatement l’état de réputation de votre nom de domaine ainsi que de l’adresse IP, les adresses e-mail ou le nom d’hôte qui lui ait associé.
Ce type de rapport se montre extrêmement utile dans le cas ou l’organisme titulaire du nom de domaine en question souhaite obtenir un compte rendu clair de l’état de son nom de domaine et par suite, de prendre en charge les mesures correctrices nécessaires en cas de besoin.
email-spam-ip-nom-de-domaine

Cependant, il semble que cet état de fait pourrait bientôt changer ! En effet, certaines providers de services de messagerie sont en train de migrer vers un modèle où ce n’est plus l’adresse IP qui possède une réputation mais le nom de domaine qui envoi l’e-mail. Cela voudrait dire qu’une marque qui envoit des e-mails depuis une plateforme A avec l’adresse IP A pourrait migrer vers une plateforme B avec une adresse IP B sans pour autant perdre sa réputation.