L’Europe a pris les devants pour contrer les risques de cybersquatting avec les domaines d’extension .eu. La Commission Européenne, en vertu d’un texte adopté en 2002, vient de publier une liste de noms qui ne pourront en aucun cas être déposés par quiconque d'autre que le pays concerné.

On compte en tout 1400 noms, dont plus de 120 pour la France dès à présent protégés. Chaque pays a été libre de dresser la liste de son choix. Pour l’hexagone, toutes les variantes européennes du nom France ont été déposées. Des régions, des langues locales ainsi que l’expression République française ont subi le même sort.

On notera de même que les caractères accentués ont fait leur apparition ce qui, comme le note le site Mail Club, signifierait peut être l’adoption à brève échéance de l’IDN (noms de domaine internationaux ou Internationalized Domain Names) pour l’extension européenne.

Signalons enfin que dans cette liste, des pays non membres de l’Union Européenne ont pu protéger leurs noms, comme la Bulgarie, la Croatie, le Liechtenstein ou encore la Turquie. Quant à l’Europe, les domaines suivants sont d’ores et déjà réservés : eurid.eu, registry.eu, nic.eu, dns.eu, internic.eu, whois.eu, das.eu, coc.eu, eurethix.eu, eurethics.eu, euthics.eu. Les communes, et les détenteurs de marques, devront, eux, préserver leurs droits durant la Sunrise Period, préliminaire à l'ouverture complète.


Source: PCInpact.com, article rédigé par Marc Rees